Villebrumier & Varennes   



 

 

 

VILLEBRUMIER 

Eléments pour une histoire de Villebrumier

 

 

 

Villebetmer (921) Villabvremarius (954-998) Guilhem de Villabremier (1257), consulem de Villebernerii (1270) Villabermier (1271), Villa Bremerio (1318) ; Villabramiera (1318), Villabrumeir (1455), Villebrumeir (Cassini). 

Villebrumier est une Villa  médiévale (grand domaine)  comme Vilaudric, Villematier, ^portant le nom de son propriétaire. Le nom devient Villemetmeri dans un manuscrit daté de 837.

probablement nom d'un homme germanique : Berhtami, provenant du germanique Berthtmar, latinisé en bremarius et attiré par l'occitan bruma (brouillard) [Gayne] - un grand propriétaire [berth (brillnt), mari (célèbre)].

A l'époque médiévale, l'église est citée sous le nom de Sanctus Theodardus Villa-Bermierii  devenant par mutations Villebrumier.

 

l'église de Villebrumier est donnée à l'abbaye de Moissac

L’église de Villebrumier est surpée par les signeurs au XIe siècle, selon un état de fait devenu fréquent. Le bien est réclamé en vain par Moissac

 

Bastide royale en 1271 (sasimentum)

fondée vers 1250/1263, village à plan régulier créé par Pierre de Lobaresses.

église donnée à Moissac - [955/985], lundi de juin : donation par Arnaud et Hugues de l’église Notre-Dame de Villebrumier (texte donné par Régis de La Haye : alode qui dicitur Vilabremarius).

 

Les seigneurs

  • 1271 - Pierre de Lobaresses
  • XIIIe siècle, Pierre de Grimoard seigneur de Reyniès
  • Le baron de Verhac [ maison de Bousquet] de 1571 à 1685
  • Le baron de Verlhac vend une partie de Villebrumier au seigneur de Lacour Saint Pierre et l'autre au vicomte de Villemur qui la revend au roi.
  • Roi
  • François de Vignes... François de Viçose, Jean d'Olmières, et une autre branche Bousquet jusqu'en 1789.

 

Les guerres civiles et religieuses

Le  baron de Verlhac, seigneur protestant en 1571. Seigneur qui s'engage à respecter les privilèges et coutumes de la communauté catholique majoritaire à Villebrumier   

 Villebrumier se trouve confrontée dans la proximité de Villemur, place protestante aux mêmes luttes qui marquent cet espace du Montalbanais, ruinée par les troupes royales en 1622. Ville catholique avec une minorité protestante – et un seigneur protestant.

 

1622  année terrible pour les villages entre Tarn et Tescou

Villebrumier et Reyniès détruits par le duc de vendôme pas une maison ne redsta debout

En alternance par les deux camps ont lieu pillages, incendies et désolations  jusqu’en 1629, lors de la reddition de Montauban.

Reconstruction du village en 1623.

 

 


l’église
  

1 - Une première église :   dédiée à Notre-Dame fin X

et attrbuée à l’abbaye de Moissac, usurpée par les seigneurs.

 

2 - l‘église demeure hors les murs dans le cimetière 

Plus tard se nomme st Théodard à une époque indéterminée

Village presque anéanti en 1622

 

3 - église reconstuite après les guerres civiles et religieuses.

 

3 - En 1721, l'église est transférée dans le village au lieu quelle occupe actuellement.

L’évêque possédait la dime le patronage et la collation dirtecte

En 1742, le clocher de l'église bâtie en 1721 menace de s'écrouler. Il est démoli jusqu'au toit et élevé de 12 pieds de hauteur.

 

 

La communauté

Reconstruction du village en 1623.

En avril 1660, une lettre patente du roi Louis XIV rétablit les foires et marchés.

les curés pendaries  tiennent leur registres avec minutir, apportant maintes précisions qui éclairent la vie religieuse et sociale.

Une école congréganiste dans la dernière partie du XIXe siècle, dirigée par les sœurs de la Sainte Famille.

 

 

Château

sur la route de Moulis le château de Lamothe  [Lamothe-Salhens], petit château féodal ou château de défense.

 

 

 

VARENNES

Eléments pour une histoire de Varennes

 

Varennes  : bastidam vocatur... Varannes Varennis (1270), Varanis (1271), de Varenis (1318) ; sanctus martialis de  Varenis (1715), Varennes (cassini) "terrain où il est défendu de chasser et de pécher sans la permission du seigneur".

L'abbé de Moissac ets le patron.

la cure est à la présentation de l’abbé.

 

Bastide fondée par Alphonse de Poitiers vers 1260.

 

seigneurs  

Malgré la situation et le statut de bastide, qui évitait à Varennes quelque seigneur particulier, les co-seigneurs ont cependant trouvé leur place (Bertrand Sauzin de Bonrepos (1505), Jean-Baptiste Subsol, de Puylauron (1750), Jacques Vacquié, co-seigneur de Villemur, le chapitre cathédral de Montauban (1783). Le Seigneur principal est le vicomte de Villemur, prptégeant la communauté.

 

l'église

L'église  est donnée vers 1275 à l’abbaye de Moissac qui en a conservé le patronnage jusqu’à la Révolution. Donnére par R. Sola, abbé de Montmajour, à Bertrand de Montaigut, abbé de Moissac. L'église avait été érigée en prieuré. Au XVIIIe siècle encore, le prieuré de Varennes est annexé à l’abbaye;

 

1 - une première église avant 1215

Elle a souffert au cours des guerres.

 

2 - elle est reconstruite en 1741 et transféré au centre du village.

 

3-  une nouvelle reconstruction a lieu en 1898 - reconstruction totale vu l’état, terminée en 1905 –

dédiée à Sainte Germaine,  bâtie à l’extrémité sud du village.

Le clocher est une tour octogonale sur souche carrée, surmontée d’une flèche à 8 pans.

 

Les guerres civiles et religieuses

Fin juillet 1562 le dimanche, à la nuit, l'église de Varennes est inendiée et saccagée et quatre prêtres tués.

 

communauté

Les filles de la croix dirigeaient une école congréaganiste à la fin du XIX siècle, à la suite d'un legs de Mme de Vacquiers dans ce but, comme celle de Magnanac.

 

 

 


© 2017 CT