VIE DES PAROISSES XIX°   



 

 

VIE DES PAROISSES AU XIX°

 

L’étude de la correspondance des curés avec l’archevêché de Toulouse (l’Archevêque, les vicaires généraux, le secrétaire général) fait entrevoir un certain nombre d’aspects qui rendent compte de la vie des paroisses au cours du XIX°.

 

La correspondance de nos  10 paroisses  est riche d’informations concernant chacune d’elles. Les évènements de divers ordres apparaissent lorsqu’ils comprenaient des difficultés ou appelaient une appréciation ou une décision de l’autorité diocésaine.

 

Ces échanges concernent en premier lieu les questions où l’application du droit est requise, réclamant l’accord de l'évêque et de l'administration préfectorale (cf : ce qui touche aux fabriques).

 

C’est aussi le dossier de la reconstruction des  églises ou celui de la construction ou de l’achat des presbytères – église et presbytère étant 2 points qui ont retenu constamment l’attention  au milieu du XIX°, suscitant une vive préoccupation des curés copmme aussi de l’administration diocésaine...

 

 

Nous avons aussi connaissance des réalités habituelles de la vie des paroisses :

 

-         question des limites des paroisses et les querelles à leur sujet,  CLIC

-         le dimanche, la messe dominicale, le binage, CLIC

-    le culte et les dévotions, CLIC

-         les confréries et associations pieuses,  CLIC

  les missions paroissiales, CLIC

-        l’école congréganiste,  CLIC

-   la fabrique, CLIC

-  etc...

 

C’est  ce dossier transversal que nous présentons dans les pages qui suivent.

 


© 2017 CT