usines : équipements   



 

 

  Les usines d'équipements

 

 

 Villemur comptait 1.500 emplois industriels sur 5.000 habitants après la Deuxième guerre mondiale. Ces dernières années, on a  enregistré  la brutale fermeture de Molex et l’amenuisement progressif  de l’entreprise Brusson (pâtes alimentaires et  "les cheveux d'ange"), passée en un siècle de 700 emplois à une trentaine, et moins aujourd'hui, menacée de liquidation judiciaire.

 

Nous reproduisons une présentation publiée par Georges Labouysse

avec son aimable autorisation.

 

 

 

SGE – Labinal / Cinch – Molex

 

En juin 1940, l'armistice divise l'Etat français en deux zones. Villemur se trouve dans la « zone libre » qui occupe approximativement toute l'Occitanie, sauf la bande côtière atlantique. Le nouveau pouvoir installé à Vichy crée à Villemur une usine chargée de produire des équipements pour les entreprises d'aviation de Toulouse : c'est la SGE (Société Générale d'Equipement d'électricité) qui se spécialisera rapidement dans l'équipement électrique des voitures, dans le câblage des avions et aussi dans la production d'appareils ménagers. Ce qui entraîne une progression importante des effectifs : de 83 ouvriers en 1942 on passe à plus de 600 vers 1948, un millier en 1960 et 1200 après 1970. Deux usines annexes de Villemur seront même créées à Labastide-Saint Pierre (Tarn-et-Garonne) en 1969 et à Cahors (Lot) en 1970, ce qui portera l'effectif global des personnels à 2500. Entre temps la SGE a fusionné avec Labinal (société de précision mécanique) du groupe Safran.

 

 

En juillet 1941, la Société Génrale d’Equipements dont le siège social était à Puteaux, monte une nouvelle usine à Villemur afin d’équiper les usines d’aéronautique de la zone libre, au temps de l’occupation, usines nombreuses dans la région toulousaine.. Après la libération et le démarrage de l’industrie automobile, entre 1949 et 1954, l’essor s’accentue avec la production d’équipements (Simca, Ford), puis l’aviation (dont Potez, Fouga, Caravelle). L’effectif s’accroît  rapidement de 611 en 1955 à. 1120 en 1963.

Fin 1969, la société générale d’équipements fusionne avec la Précision Mécanique de Labinal,  

La chanson des blés durs – Brusson Jeune  1872-1972, Loubatières, 1993,  Gérard Brusson, p. 193.

 

On comprendra alors pourquoi le développement du Villemurois est totalement conditionné par la bonne santé de cette usine.

Or les premières heures du XXIe siècle sonneront le début de la « descente aux enfers » pour cette industrie des bords du Tarn : vente de plusieurs unités, début des délocalisations à l'étranger, fermeture de Cahors et de Labastide-Saint-Pierre. Labinal va se séparer d'une partie de ses activités (connectique automobile) en créant l'usine Cinch, qui devient le second fournisseur de Peugeot-Citroën. En 2004,  la société américaine Molex rachète l'usine Cinch en espérant ainsi mieux s'implanter en Europe, tout en récupérant les brevets des produits conçus par les ouvriers de Villemur, ainsi que tout leur savoir-faire développé depuis des années sur les bords du Tarn.

 

En 2008 Molex Villemur compte environ 300 salariés et sa voisine Labinal de 600 à 700.

 

L’entreprise Molex ne se porte pas mal[1]. Cependant pour assurer des bénéfices plus importants encore, l’entreprise devait être délocalisée en Slovaquie (!?) et la fermeture de l’usine de Villemur décidée ».

 

Cf Geoges Labouysse, Vòlon viure al pais – dels capelièrs als Molex, janvier 2009

Georges Labouysse, Molex – Villemur, l’arnaque, petite histoire d’un grand conflit social piégé, infoc Occitania, 2010.

 

 



[1] « En 2007 Molex Villemur dégage 500 000 euros de bénéfice et 1,2 millions en 2008. Quant à Molex en  Amérique, ses bénéfices pour 2008 se montent à 152 millions d’euros pour un chiffre d’affaire de 2,3 milliards d’euros. Pas d’endettement ; autofinancement assuré, plus de 500 millions en trésorerie et presque 3 millions de fonds  propres.  Tout  va  donc  pour  le  mieux  sur  la  planète  Molex… Sauf  que  les  actionnaires  américains  du groupe qui se partagent les actions avec une dizaine de fonds de pension (fugitifs par définition !) » réclament davantage. D’où la décision programmée de fermeture de Villemur.

 

 

  Molex

 

Petite chronologie des évènements

Connectique/ Molex

 

Représentants présents dans ce conflit :

M. Markus Kerriou, co-gérant

Denis Parize,Secrétaire du Comité d’entreprise

M. Guy Pavan, délégué CGT

M. Thierry Bonhoure, délégué FO

23 octobre 2008

Annonce de la fermeture au comité d’entreprise par la Direction, sans concertation  préalable

Jeudi 6 novembre 2008

Manifestation de soutien et de solidarité. M. le curé fait sonner le gals.

Mercredi 26 novembre

Les salriés de Molex manifestent à Toulouse du consulat des USA (allées Jean-Jaurès) à la préfecture ?

Plainte est déposée auprès du procureur de la République pour délit d’entraves aux prérogatives du comité d’entreprise. Une délégation rencontre le consul des USA.

Le Conseil général et la ville de Villemur assignent conjointement le groupe américain en référé le tribunal de commerce et demande notamment l’inventaire des actifs. M. Boudet maire a dans cette période rencontré le Secrétaire d’Etat à l’industrie.

Vendredi 28 novembre

M. Xavier Bertrand, ministre du Travail reçoit à Lavaur des salariés de Molex

Lundi 22 décembre 2008

Redoutant le déménagement des machines, les salariés décident de camper devant l’usine. Une tente a été dressée.

5 janvier 2009

Reprise du travail

29 janvier 2009

Manifestation à l’occasion de la Journée Nationale pour la défense de l’emploi

23 février 2009

Table ronde à la Préfecture (M. Bur, préfet), réunissant employeurs et employés. Le préfet annonce la création d’un groupe de travail.

21 mars 2009

Réunion sur la place de l’Hôtel de ville à l’inititive de l’intersyndicale

Lundi 20 avril 2009

Les salaries de Molex retiennent dans leur bureau M. Marcus Kerriou et la DRH.

Au fur et à mesure

Sont connus :

Tout le savoir-faire a été  relevé pour servir à la fabrication outre-atlantique, des stocks établis en Hollande, rapatriement de l’activité de connectique aux USA. On constate la rétention de documents comptable. L’entreprise est jugée viable (cabinet Syndex), la fermeture est estimée faire partie d’une stratégie.

Il y a alors 283 salariés

 

Manifestation du 1er mai

5 mai 2009

Accord de sortie de crise entre les salariés et la direction. Une production sera assurée. La fermeture est reculée de 4 mois.

19 mai 2009

Le TGI suspend la fermeture de Molex

7 juillet 2009

Une grève reconductible est votée.

9 juillet 2009

Le CE de Molex invite les maires des communes à Montauban

18 juillet 2009

Les salariés de Molex manifestent devant le Capitols

Jeudi  6 août 2009

Fermeture du site de Villemur

10 août 2009

 

Le N° 2 du groupe américain est nommé à la tête de l’usine de Villemur.. Pour éviter la fermeture avc déménagement, une cinquantaine d’ouvriers vont se relayer jour et nuit. Les vigiles empêchent le travail.

 

13 août 2009

Nomination d’un médiateur (M. F.Latarche)

Rencontre du 31 août. Sans accord.

3 septembre 2009

Une centaine de salariués assignent Molex en référé aux Prud’hommes pour les salaires d’août impayés.

 

Le P. Philippe Bachet curé met en place un comité de soutien aux salariés et adresse une lettre ouverte à M. le Président de la République, le 4 septembre.

15 septembre 2009

Contraints et forcés, les salariés de Molex votent par 140 voix contre 70 le plan social imposé par la direction (licenciement de 283 personnes)

22 septembre 2009

Commencement du déménagement par l’entreprise du stock dfe matières premières et de produits finis à destination de l’Allemagne et des USA. Sous la surveillance des représentants du CE qui craignent l’enlèvement de machines

25 septembre 2009

Fête de al solidarité sur le site

Fin octobre : M. Guy Pavan et  DenisParize sont invités par la principale centrale syndicale AFL-CIO syndicats

1er octobre 2009

Aarivée des premières lettres de licenciement

 

Villemur-Industrie : nouvelle entité

22 salariés ont adhéré à la cellule de reclassement

22 décembre 2009

16anciens employés de Molex redémarrent une activité sz connectique sur le site (VMI – patron : M. Marc Laisné)

 

Dimanche 7 novembre 2010

A l’initiative de l’Action Catholique Ouvrière, , le père Philippe Bachet a célébré à Villemur-sur-Tarn la messe  à l’intention des 283 salariés de l'usine Molex.

 2011

283 licenciemnts -

Seuls 90 anciens de Molex ont retrouvé un emploi (info La Dépêche  janvier 2011)  120 "officiellement"  ont retrouvé un CDI (id, novembre 2011) - 15 salariés protégés sans ressources ni indemnités (pénalisés par Molex) - Villemur-Industrie  emploie une cinquantaine de salariés.

50 étaient toujours sans emploi en novembre 2011.

 

Souces : Georges Labouysse, l'Arnaque, 2010

 

 

 VMI / Villemur - Industries

 

 

VMI est une entreprise de câblage automobile créée par le fonds d'investissement HIG à la demande du ministre Estrosi, à la suite des licenciements chez Molex. 

 

Concernant VMI (Villemur - Industries), ce ne sont pas 65 salariés qui y sont employés aujourd’hui, mais seulement 51 dont 46 anciens ouvriers de Molex.

Source : Guy Pavan in l’Humanité, 3 janvier 2012

 

 

 

  Labinal

 

L'usine Labinal fournit des câblages à Airbus pour l'ensemble de sa gamme et à Eurocopter, autre société importante du groupe EADS. Labinal emploie 1.900 salariés en Midi-Pyrénées et 9.500 dans le monde.

1941 la Société générale d’équipements (SGE) originaire de Puteaux délocalise à Villemur une partie de sa production d’appareillage électrique pour l’aéronautique et l’automobile. La proximité de Toulouse pôle aéronautique déjà important favorise le développement du câblage aéronautique. Par la suite, ont lieu la création de l’atelier outillage et de l’activité connectique

-en 1959 la SGE est rachetée par la Société Labinal qui apporte l’activité « « mécanique de précision’’ à l’ensemble industriel. L’usine de Villemur développe une double activité ; l’aéronautique et la connectique, plutôt en faveur de l’(automobile ( Connecteur Cinch)

- en 1973 Sous-traitance des cartes électroniques pour IBM jusqu’en 1992 . le retrait d’IBM a pour conséquence 200 licenciements

Dans les années 2000, Labinal intègre le groupe SNCMA (Société détenue majoritairement par l’Etat,, laquelle vend la division automobile à Valeo. La Société Connecteur Cinch reste dans le giron de Labinal

-En 2004 ;, la Société américaine Molex rachète la part automobile de Connecteur Cinch à Labinal qui continue de produire à destination du secteur aéronautique

-15 septembre 2009 plan social de licenciements

-15 juin 2010 Labinal annonce la construction d’une nouvelle usine.

 

 

 

Villemur  :  700 emplois (plus de 500 en CDI)

Sources La Dépêche 22 février 2012

 

 

 déménagemen de l'usine labinal à Villemur : à Pechnauquié

 

La nouvelle usine de Villemur, située en bordure de D 630, en face de la zone de Pechnauquié, s’étendra sur une surface de 7 ha. Le projet de déménagement de Labinal a été annoncé en juin 2010 pour un début des travaux prévu pour la mi-décembre 2010 et un déménagement dans les nouveaux locaux pour la seconde quinzaine de décembre 2011.

Une nouvelle zone d’activité de 20 ha pour laCommunauté de Communes


Pechnauquié III est une zone d’activités à vocation artisanale et industrielle portée par la Communauté de Communes du Canton de Villemur. Elle s’étendra sur une surface de 20 hectares sur la commune de Villematier, accolée derrière le terrain acheté par Labinal en bordure de D 630. Ce projet de développement économique s’inscrit dans la continuité de la zone artisanale de Pechnauquié II, commercialisée désormais dans sa totalité par la Communauté de Communes.


En dates :

- Octobre 2008 : Début des négociations sur le déménagement de l’usine actuelle dans bâtiment neuf à construire sur une parcelle appartenant à la commune.
- Mi- décembre 2010 : début des travaux du bâtiment Labinal 
- Déménagement fin 2011 sur le nouveau site. L'activité a repris le 2 janvier 2012 sur le nouveau site

- inauguration du nouveau site le 21 février 2012 : nouvelle usine de production de cables électriques pour l’aéronautique. Le groupe Safran à qui appartient Labinala investi 12 millions d’€ sur ce site de 13.500 m². 730 salariés dont 500 CDI

Sources : bulletin municipal de Villemur



-

 


© 2017 CT