TEYSSEYRE   



 

 

La Maison Teysseyre

 

La « maison » Teysseyre[1] de Sayrac a pour commencement la venue de Jean-Baptiste en 1850. Telle  photo familiale nous présente les trois premières générations.

 

Jean-Baptiste Teysseyre a contracté mariage à Layrac le 22 octobre 1850

avec Marie Mestre de Mirepoix.

Il était né à l’Escalère[1], ou Lescalère ou Lescalaire commune de Layrac..

L’escalère est le berceau familial.

 

Son frère aîné Jean avait vécu à Sayrac quelques années antérieurement[2].

Quatre enfants  sont nés  et  ont été baptisés à Sayrac:

§         Jeanne-Marie, née en 1841

§         Pétronille, née en 1843

§         Jean, né en 1845

§         Marie-Pauline en 1850

Une de ses filles, Thérèse,  y épousera ensuite Antoine Cabié le 7 juillet 1868.

 

Jean Baptiste reçut une part de Sayrac lors du partage anticipé de son père François Teysseyre le 12 août 1850. à savoir 3 ha 13 a, 80 cent, plus une part  sur la maison qu’il partageait donc avec 6 de ses frères et sœurs :

§         Jean l’aîné,

§         Madelaine-Claudine religieuse à Castres (sœur  Brigitte),

§         autre Jean, prêtre,

§         Jeanne-Marie-Clémence (au carmel de Montauban),

§         Marie,

§         Jean-Antoine (élève au Petit-Séminaire).

 

Quand Jean-Baptiste s’installa à Sayrac, les Teysseyre étaient propriétaires de Sayrac (maison familiale « les Jayles ») depuis plus de 80 ans. Nous en étions à la quatrième génération. C’est en effet l’arrière-grand-père de Jean-Baptiste qui a acquis Sayrac : François Teysseyre de l’Escalère (1721- vers 1803).

 

Nous ne savons rien de ce qu’il advint de Sayrac entre l’achat en 1767 et 1840, période où s’installa  - pour une dizaine d’années, avant de s’établir à l’Escalère - Jean, frère aîné de Jean-Baptiste.

                
                      Bref historique des propriétés
        

         Maison familiale - « Métairie de Jayles »

           -  Jaylés

           -  Mercadier Germain : 13 juin 1759

           - Teysseyre François : 8 octobre 1767                

       Bâtiments de derrière

       Métairie de M. de Marsac  &  ce qui servit d’ancien presbytère entre 1831 et 1850

           - sans doute Jayles

           - sans doute Mercadier                                                                                                                                            -  

           - Peres Jean-Baptiste et successeurs : d’Anceau et Réversat de Marsac.

La propriété, en 1850, avait pour  superficie 34 ha, 19 a, 30 cent..
 
                                                                
 
Louis Teysseyre fils de Jean-Baptiste eut trois enfants
  - Théodore, (1879-1918) mort en mai 1918
  - Emmanuel  (1881-1956)  cf photo ci-dessus
  - Agnès (1891-1915)
 
            voir  "métairie les Jayles"
                                                                    

[1]  Des vestiges romains ont été découverts en bordure du Tarn principalement au lieu dit l’Escalère, berceau familial …une voie romaine rejoignait le Tarn aux environ de ce lieu-dit. Cette voie romaine traverse la commune de la Magdelaine cf Raymond Fauré ( histoire de Bessières) . Cf Habitat gallo-romain dans le toulousain, Georges Baccrabère, chronique 1-2 1983, supplément au BLE –ICT p 15.  Sur la rive droite du Tarn, au Nord-Ouest de l’Escalaire –100m et non loin du pigeonnier – de M. Pierre Teysseyre , on a relevé divers fragments de briques, de tegulae, de céramiques…Au Sud-Ouest du pont de l’Escalaire, commune de La Magelaine, cf P. Larroque, recherches sur l’archéologie du canton de Villemur pendant les périodes préhistorique, gauloise, romaine et barbare in Revue du Tarn , t 26, 1909.

[2] des documents familiaux l’attestent. De même le curé Sicard en 1841 mentionne Jean Teysseyre élu au conseil de la fabrique le 18 Avril 1841 en remplacement de Thomas Maury ; membre du bureau où il assure la fonction de secrétaire.



[1]  Le patronyme est d’origine méridionale et de langue occitane . En langue romane le  verbe tisser : teysser (teisser), et le  nom tisserant : teisseris (latin textor). Même si les noms de famille – comme on dit – n’ont pas d’orthographe, ce qu’ l’on constate volontiers, il n’empêche que  l’écriture actuelle se retrouve dans des écritues plus anciennes (actes notariés) .. Les écritures proches donnent : Teysseire, Teyssère, Teissère,Teisseire,Tesseire, Tisseyre. Faut-il penser qu’à l’origine, l’activité familiale était artisanale, consacrée à la confection de tissus ? Ce n’est ni impensable, ni impossible . C’était une profession présente dans toute communauté avec le tailleur d’habit. On n’oubliera pas que les « tisseyre »  désignèrent les cathares. Cette corporation fournissant un nombre éminent de  membres.

Teisseire est plutôt d’origine audoise, Teysseyre plutôt d’origine Albigeoise .Au moyen Age (XIII°, un certain nombre de Teysseyre sont connus dans la région de Puycelci (ce village est aussi connu comme un haut-lieu cathare, la corporation des tisserands étant un corps identifié aux cathares, par ex à Cordes) ; en effet vivant du travail de leurs mains, les parfaits cathares semblent avoir eu une pénétration particulière dans le métier du tissage. Certaines communautés semblent même avoir été des ateliers de tisserands. De la même manière que le terme Albigeois, le mot tisserands est donc parfois utilisé pour désigner les cathares eux-mêmes, un des noms ou surnoms.

Les Teysseyre sont présents à Layrac depuis un temps immémoriable. Les traces les plus anciennes remontent à  la première partie du XVII°.

La plupart des Teysseyre de la région entre Tescou et Girou  sont issus de Layrac : ainsi à Labouysse, Tauriac, Vacquiers, Montjoire.

A Layrac, l’Escalère est connu comme  le berceau  familial, mais de 1700 à 1850 on connaît  aussi des Teysseyre à Grinde, d’apparenté immédiate et apparemment assez proche. Grinde est un hameau de Layrac, pas bien loin de l’Escalère. Il s’agit aussi  vieille demeure familiale de la famille Teysseyre . Ainsi  Jean Teysseyre, prêtre, cite dans une correspondance sa cousine Euphrasine de Grinde en 1852, mais des papiers familiaux Teysseyre de 1756– parvenus jusqu’à nous -  proviennent de Grinde. A cet état, il ne nous est pas possible de préciser davantage. On peut penser que Grinde est le premier  berceau  de la famille Teysseyre à Layrac.

Les Teysseyre avaient un surnom « Casset ». Celui-ci était encore exceptionnellement connu de telle ou telle famille vers 1950 ; mais il n ‘était plus en usage . Longtemps il a désigné tous les Teysseyre issus de la même souche (on a des indices de ceci dans les actes en différentes paroisses). Quelle origine ou quel motif ? Une hypothèse : le premier mariage qui nous est connu est un mariage à Mirepoix Guillaume Teysseyre x Casse en 1631. « Casset » ne serait-il pas dés lors le diminutif pour désigner le gendre Casse. On a vu jusqu’à une époque récente ces dénominations en usage par exemple des actes mentionnent Louis Teysseyre, « gendre Marty », alors que les Teysseyre étaient parfaitement établis et connus à Sayrac).


© 2017 CT