Paroisse de Sainte-Escariette   



 

 

SAINTE-ESCARIETTE

 

Eléments pour une histoire de Sainte-Escariette 

 

 

 

château et seigneurs de Sagnes

 

(Saignes)

 

Jean Pierre Sers, seigneur de Saignes, Bertrand de Sers, seigneur de Bondigoux, père et fils, et  François de Sers, seigneur de Molles, au diocèse de Bas-Montauban. furent maintenus dans leur noblesse, par jugement souverain rendu par M. Bazin de Besons, intendant de Languedoc, le 29 octobre 1668.

Nobiliaire toulousain, inventaire général, Par Alphonse Brémond, toulouse 1863

 

BAS MONTAUBAN. 1020. SERS. D'azur, au lion d'or.

I. Sicard Sers ep. Gaspare de Labadie, et il en eut 1° Pierre Sers, qui suit, 2° Roger Sers, 3°  Jacques Sers, et 4° François Sers, qui fut père d'autre François Sers, Sgr. de Moles, qui eut des lettres de tonsure le 6. Avril 1601 et fut maintenu N. le29 octobre  1668.

II. Pierre Sers transigea le 1er  octobre  avec Roger son frère pour les biens de leurs père et mère. Il épouse  par dispense du pape le 15 Juillet 1556. Peronne Sers d'Aulix sa parente au quatrième degré, et il en eut. 1° Jean Sers, Sgr. de Casteras, le 17.octobre 1592. et 2°...

III. Hercule Sers, Sgr. de Saignes, qui fut père de

IV. Jean-Pierre Sers, Sgr. de Saignes, qui épouse le 2. Mai 1632. Marguerite de Clerac, et en eut

V. Bertrand Sers, Sgr. de Bondigoux, qui épouse  le  19 octobre 1661 Anne Pages, N. avec son père le 29 octobre 1668.

 

Pièces fugitives, pour servir à l'histoire de France par Charles de Baschi Aubais, tome 2 jugement sur la noblesse du Languedoc.

 

 



[1] Texte communiqué par l’abbé Jean Lestrade-  Revue Historique de Toulouse, 1931, n°3, p.152  « Don du Chapitre de Toulouse à la paroisse de Saintes-Escarites, diocèse de Montauban ».  Les notes sont également de Jean Lestrade.

[2] Conforme au missel prescrit par le Concile de Trente.

[3] A placer dans une excavation, au milieu de la table de l'autel, et sur laquelle on pose l'hostie et le calice pendant la messe. Ceci n'a pas lieu quand une grande pierre, elle-même consacrée, recouvre entièrement l'autel.

[4] Arch. des notaires de Toulouse. Registre de De Ortis, ad ann. Fol 668.

 

 

*****************************

 

 

Les Brusson à Sagnes

 

En 1846, Arnaud  Brusson achète pour 29.500 fr aux frères lacostes de montauban, la métairie de la Fontaine (soit près de 38 ha). Leur père l’avait acheté le 28 fructidor an II – 14 septembre 1794 à Guy de Ménoire qui avait été obligé de se défaire de  un nouvelle écluse sur la rive droite ses propriétés rurales de Villemur pour pouvoir continuer les travaux de la chaussée.

La chanson des blés durs – Brusson Jeune  1872-1972, Loubatières, 1993, Gérard Brusson, p. 180.

 

En 1891 Jean Marie Elie  achète à Mmes de Grancey et de Luppé le vaste domaine de Sagnes qui leur vient de la famille de Solages, qui jouxte celui de  La Fontaine, qu’il tient de son père Arnaud. Cf op. cit., Gérard Brusson, p 198

 

 


© 2016 CT