LAYRAC le consulat   



 

 

Layrac

 

voir : église et histoire de Layrac

la commune

 

Maires de Layrac

 

Teysseyre                    François                       1790 - 1791

Amat                           Baptiste                        1791 – 1800

Crubilhé                       Jean-Antoine                1800 – 1808

Teysseyre                    Jean                              1808 – 1809

Crubilhé                       Jean-Antoine                1809 – 1835   

Teysseyre                    Pierre                            1835 – 1838

Amat                            Hugues                         1838 – 1848

Crubilhé                       Ferdinand                    1848 – 1852

Amart                          Jean-Baptiste               1852 – 1852

Teysseyre                    Gabriel                         1852 – 1855

Amat                            Jean-Pierre                  1855 – 1862

Teysseyre                    Gabriel                         1862 – 1870

Bessey-Soulas             Jean                             1870 – 1871

Teysseyre                    Pierre-Amélie               1871 – 1871

Teysseyre                    Jean                             1871 – 1878

Bregail                         Jean Pierre                   1878 – 1881

de Felzins                     Raymond                     1881 – 1888

Amat                            Jean-Pierre                  1888 – 1900

Amat                            Hugues                        1900 – 1903

Amat                            Louis    [1]                  1903 – 1903

Amat                            Hugues                        1903 – 1908

Amat                            Louis                           1908 – 1915

Hugonenc                    Léon                            1915 – 1919

Raynaud                      Ernest                          1919 – 1929

Brégail                         Paulin                           1929 – 1935

Teysseyre                    Léon                            1935 – 1977

Brousse                       Moïse                          1977 – 2008

Bonnet                         Jacqueline                    2008-

 

 

[1] Président de la commission municipale … à mars 1903

 

 

Le presbytère

Celui qui existait au temps des guerres civiles et religieuses s’est trouvé détruit.  On en construit un qui se trouve accolé à l’église, adossé au mur pignon de celle-ci. Mentionnons les réparations effectuées en 1723 et vérifiées par Arnaud Garrigues, en 1748, faites par Jean Delmas, maçon, en 1755. L’arrivée d’un nouveau curé le 7 septembre 1761, appelle des réparations : « la maison presbytérale et les offices étaient en très mauvais état ». De nouvelles réparations  sont effectuées en 1771 par Gabriel Rouzet, charpentier de Layrac. En 1778, il est demandé de reconstruire le corps du logis, dépendant du presbytère contenant l’écurie, la grange, le grenier, le chai « près à crouler, n’étant construit qu’en mur de terre, ruinés par vétusté, indispensable de réparer à neuf ».

En décembre 1790, la communauté de Layrac a besoin d’une maison commune. Elle réclame le tinal [ou cellier] du curé, qui n’en a nullement besoin, du fait de l’abolition de la dîme.

A la Révolution, la maison presbytérale et le jardin de contenance ½ boisseau [90 cent] sont vendus, 2.400 livres un sol, à Pierre Amat  de Layrac, le 18 thermidor an IV [5 août 1796].

 

En juin 1810, le Maire souhaite que la municipalité acquière l’ancien presbytère. L’opération ne se réalise pas immédiatement. Le notaire Amat, propriétaire, le revend en juin 1820 à François Teysseyre  de l’Escalère qui, en 1821 le vend à son tour, le 14 janvier 1823, sans bénéfice, pour 2.400 fr. à la commune pour qu’il redevienne le presbytère, la commune déplorant l’absence de presbytère, ce qui contribuait à la priver de desservant – il  en était ainsi depuis plus d’un an.(cf. ADHG, E 724,  19 avril, 13 et 14 juin 1820. Le 15 juin, le maire n’écrit-t-il pas «  considérant qu’il est très urgent pour la commune d’avoir un prêtre desservant, que sans presbytère propre à la commune,, il est très difficile de trouver un prêtre qui veuille la desservir »).La vente du presbytère comprend la maison et jardin, avec écurie, buchère, four et un autre jardin attenant lesdites bâtisses, d’une contenance de six boisseaux [10,8 ares] confrontant au levant héritiers Jean Arnal, midi chemin, couchant cimetière, nord héritiers Jean Arnal.

 A ce moment, le presbytère est jugé en bon état. Il aura besoin en 1853 de réparations. En 1857, à la suite des travaux de reconstruction de l’église, et à la destruction de pièces servant de décharge au presbytère, il est nécessaire de reprendre la construction adossée à la maison curiale. Il est aussi projeté d’agrandir le presbytère d’un étage, côté jardin, travaux conduits par l’architecte Laffon, neveu (905,75 fr.). Les travaux sont exécutés courant 1858. Le ministère de l’Instruction publique et des cultes accorde un secours de 500 fr.

 
Les Chambon

Simon de Chambon dans son testament du 28 février 1613 désigne ses biens situés à « Layrac, Moujet-Mouret, Mirepoix et dans la vicomté de Villemur ». Son petit-fils,  François, fils de Pierre, né en 1631 ou 1633 épouse  en 1668 Antoinette de la Barthe. Jean, frère de Pierre, habitant Layrac, épouse en 2ème noces Marguerite d’Adémar de Cransac. Pierre de Chambon, sieur de la Générale, né en 1629 à Layrac épouse en 1660 Marie de Ramondy ; leur fils aîné Jean Bernard, né en 1661 à Layrac, veuf de Anne Louis du Chêne, épouse, en 1707 à Layrac, Marguerite-Marie de Py de Marc de Lavaur, dont les enfants sont nés à Bondigoux. Un  autre fils de Pierre,  Joseph, est né à Layrac en 1670. Les BMS de Layrac conservent plusieurs actes.

[1] Raymond Dufau, baron de Felzins, fondateur et président du comité de direction de la Caisse d’Épargne de Toulouse est décédé au château de Layrac le 15 octobre 1913. Les Dufau de Felzins réside à Toulouse à l’hôtel de Felzins, au 22, rue de la Dalbade [cet immeuble a été acheté vers 1794 par Raymond Dumas, procureur au Parlement dont la fille, Marie Thérèse Sophie, épouse Louis Dufau de Felzins].

 

 

 


© 2016 CT