Familles villageoises   



 

 

Familles villageoises

de Sayrac

quelques familles anciennes

du village et des hameaux

d'hier à aujourd'hui

 

Subsiste  encore aujourd’hui un certain nombre de familles anciennes....assez nombreuses pour se trouver là depuis plusieurs décennies et avoir tissé des parentés. Elles se caractérisent par des alliances matrimoniales établies parfois au sein du village même ou  en tout cas dans un rayon assez restreint (villages environnants). Ceci a perduré jusque vers les années 1970. Par ces alliances multiples, elles constituent entre elles, le sachant ou non, un réseau dense de parenté.

 

Le nombre de familles où l’on voit le patronyme traverser  le XX° et parfois tout le XIX° se trouve restreint à quelques familles : 7 familles environ, ce qui  fait déjà une belle proportion. 

 

Les uns voient le nom demeurer actuel ; d’autres ont vu la tradition du nom disparaître avec le décès récent des parents. 

 

Ces 7 familles sont :  Amat, Brousse, Bruel, Clamens, Muret, Roumagnac, Teysseyre.

 

Il faut aussi noter les multiples  parentés qui résultent de l’enchevêtrement des alliances : ainsi pour les Gay des Millets ou Entourettes ou les Vernhes (plusieurs familles sont parentes par les Gay et les Vernhes), les Dast, les Cabié, les Roumagnac, les Brousse.

 

De plus certaines de ces familles sont les héritières de familles qui leur furent alliées : les Amat et les Vignères, les Brousse et les Bardy, les Roumagnac et les Fauré & Brousse.

Les Bruel provenaient du Terme, tout comme les Brousse (Sayrac & la Pendoule).

 

Des éléments généalogiques concernant ces diverses familles sont présents dans la  « Généalogie Teysseyre ».

Voir : ma généalogie Teysseyre

 

 

 

XIX°

XX°

Entourettes

Muret (XVIII°)

id

 

Lescure

 

 

Mauruc

Bourgarel

 

 

Bouisset

Les Millets

Gay – Couderc - Marty

[Tournier]

 

Amat

 

Millères-la Bordasse

Bétirac

Bétirac

Terrisse

Sayrac

d’Aubuisson de Voisin, Lespinasse de Saune 

id,

puis  de Lacaze

 

Clamens (XVIII°)

 

 

Vignères

Amat

 

Maury + Sabatier

id + Moreau

Bessières

 

 

Esculié

 

 

Lauzeral

 

 

Cabié

 

 

Bretx

 

 

Vernhes

id +Brousse + Gardelle 

 

Bardi - Brousse

Brousse

provenant du Terme

 

Bruel 

Bruel

provenant du Terme

et Villaudric

 + Béziat

 

Robert

Béziat

 

Cabié

 

 

Fauré

id

+ Roumagnac

provenant de Raygade

 

Pendaries

Ramond

 

Lauzeral

 

 

Ourmières

id et Vigouroux

 

Teysseyre

id

 

Mathieu

id  + Audu

 

Population

En 1705,  le 10 décembre, le curé Pendaries dénombre 34 feux dans sa paroisse., ce qu'il consigne dans les registres. En 1820, on compte 300 habitants ; 273 en 1831 ; 250 en 1841.

 

Familles au XVIII°

 

Il n'y pas de familles de notables sur la paroisse de Sayrac comme on peut en relever dans les paroisses voisines (Magnanac, Villematier, La Magdelaine) à l'exeption des d'Aubuisson (longtemps on écrit Daubisson; ils signent ainsi d'ailleurs). Pas de châteaux à proprement parler. Pas de grandes propriétés, exceptés les Daubisson, le sieur Jaylès. On verra vers entre 1700 et1730 les Garrigues (un d'eux exerce la fonction d'huissier). Ponctuellement apparait dans les registres le nom d'une personne bourgeoise (habitant des "bourgs", de la ville) dont on ne sait préciser sa relation à Sayrac. 

 

Des bordiers constituent une catégorie de la population, assez stable losqu'elle s'établit sur une métairie, établissant entre euxc des alliances

au XVIII° (avant 1750)

- les Arnoul - Jacques et Jean -   à la métairie de Jayles (près de l'église) [1742 - 45]. Goudal en 1746 - 48. Ces bordiers seront souvent carillonneurs.

- les Dast [1747] chez les Daubisson / d'Aubuisson 

- les Bessières - Michel en 1745 - chez les demoiselles Pendaries habitant Villaudric, soeurs du curé de Sayrac

- Bessières, Vedel à la bourdasse (Villematier) chez les Pérés

- Delons bordier de M. de Pouzols (chateau St Maurice, Magnanac)

 

Des artisans : tisserand, tailleur d'habit.

 

Les paysans de Sayrac

 

Presque toute la population est paysanne :

- beaucoup sont des laboureurs, propriétaires de leur exploitation, même  s’il s’agit quelquefois de petites propriétés composées de quelques lopins de terre ; en général ce sont de petits propriétaires - on peut penser qu'ils possèdent une dizaine d'hectares (on les nomme aussi ménagers) : Gay, Garrigues, Bessières, Arnoul, Roumagnac, Cambefort, Muret, Bétirac. ce sont les "coqs de village" : ils  savent généralement lire, compter, signer ; ils avaient quelques animaux, un attelage. 

- les bordiers : ils peuvent être parfois propriétaires d’un bien qui  ne peut seul les faire vivre. Il sont donc au service d’un propriétaire comme métayers (bordiers chez M. d’Aubuisson, chez le sieur Jaylès, les Delles Pendaries – le propriétaire ne réside pas ordinairement sur sa terre). Le bordier  peut y apporter, dit-on, son matériel et ses bêtes, en l'occurrence ici nous ne le pensons pas. Les charges et les récoltes sont partagées par moitié entre le propriétaire et le bordier. Les lieux-dits ‘’labordasse’’  situées aux extrémités du quartier de Sayrac témoignent de ces métairies/ ''grandes-bordes''. voir supra. Il y ades familles de bordiers.

- les brassiers – équivalents à des ouvriers agricoles. Ils peuvent également parfois être propriétaires, mais ne pouvant vivre de leur bien, ils louent leur force de travail – leur bras : Blessou, Muret, Rouquet.

Le plus souvent ils n’ont pas de bien propre, en ce cas ils sont ‘’journaliers’’ ou ‘’domestiques’’ - cette catégorie se déplace.Elle n'est pas ordinairement native de Sayrac. 

 - les travailleurs (de terre)  ou manouvriers appartiennent à la même catégorie que les brassiers. Ce sont des personnes pauvres qui ne disposent que de leur capacité et force au travail (bras, mains).

- les maîtres-valets apparaîtront plus tard à la fin du XVIII° [le plus souvent ce sont des valets] et surtout au XIX°. Dépendant d’un patron, ils exécutent les taches (contrat à l’année à la Saint-Martin, au 11 novembre : rémunérations et avantages en nature fixés et convenus).

- valets et servantes travaillent chez les  propriétaires les plus importants.

 

Les Couderc des Millets en 1844-1855  ont tout à la fois des bordiers à Vaquiers (métairie), valet et servante aux millets (carnet  des comptes, travaux, foires etc...).

 

Les mariages ont lieu souvent dans la même catégorie de paysans, mais ils peuvent aussi voir quelqu’un  désigné comme brassier avant son mariage, l’être après son mariage comme laboureur. Deux causes possibles : l’apport de biens au moment du mariage (cf le contrat de mariage que tous passent devant notaire) ; le fait aussi d’épouser une fille de laboureur.

 

A même époque [1750],  lorsqu'on compare la désignation donnée par les curés quant à l'état des gens, on constate  des différences : Magnanac a quantitativement et proportionnelllement moins de laboureurs que Sayrac. On ne peut difficilement penser que les classifications et désignations découleraient d'intéperpétations des curés. ce sont des données établies. On  peut alors penser que Sayrac comprenait de fait une certain nombre de petits propriétaires, à défaut de château et de grandes familles bourgeoises.

 

Ces notes constituent une ébauche d’approche de la vis sociale (avril 2009).

                       

 

 

 

                                       *********************

 

la Grande Guerre 1914-1918

Tout village de France a payé un lourd tribu à la guerre de 1914-1918. Le nombre de morts et de blessés de guerre fut considérable. chaque village a dressé un mémorial. La paroisse de Sayrac a perdu 11 de ses enfants  entre 20 et 44 ans entre le 10/09/1914 et le 30/09/1918..

Un monument aux morts fut placé au fond de l’Eglise. Lors de la restauration de l’église en 1954 ce monument a été placé au caveau « dit des curés » - au milieu de la rangée des caveaux du nord, tandis qu’une plaque de marbre blanc prenait place à l’église portant la liste des 11 disparus en lettres d’or.

 

Bessières           

Jean-Marie   

10 Septembre 1914            

21 ans

Couderc           

Jean   

1er Octobre 1914     

26 ans

Algans            

Henri 

14 Décembre 1914

20 ans

Gay    

Clément

31 Décembre 1914          

23 ans

Clamens           

François

6 Mai 1915    

29 ans

Maury

Pierre 

29 Septembre 1915

23 ans

Cabos

Jean   

2 juillet 1916 

34 ans

Roumagnac            

Jean   

4 Mai 1917

44 ans

Teysseyre            

Théodore

Mal des logis

20 Mai 1918  

39 ans

Razat 

François

9 Août 1918   

21 ans

Falguières           

Jean-Marie

 30 Septembre 1918                     

19 ans

 

      

 

 


© 2017 CT