FAITS DIVERS AU FIL DES JOURS   



 

 

FAITS DIVERS

 AU FIL DES JOURS

 

Les faits divers dévoilent  la vie  dans ses réalités quotidiennes ordinaires en lui donnant soudain quelque couleur spécifique… un détail qui apporte un jour particulier et unique à l’évènement  dans sa répétition. Ce qui touche à la mort, en particulier, fourmille de notations qui accentuent le tragique. Le rédacteur le comprenait ainsi, en tenant ses registres… comme lecteurs, nous mêmes, avec lui, le comprenons ainsi.

chronique commencée le 16 août 2009

 

Date

paroisse

rédaction

18 juin 1692

Layrac

décès de Marie Timbal, 6 ans,  fille de Ramond et Anne Viguier

Dévorée par un loup

3 janvier 1693

Layrac

décès de Pierre Peyrille fils de + Pierre , qui se précipita dans la rivière du Tarn

30 août 1693

Layrac

fut trouvé au port de lescalère le valet de M. de Camboulan de Villemur, lequel s’était noyé 2 jours auparavant au port de Mirepoix, montant un cheval blanc,  lequel appartenait au sieur Camboulan.

22 janvier 1707

Layrac

se noya dans la rivière du Tarn, près les moulins de Villemur, Pierre Teysseyre [ici Teisseire], tisserand ?,  60 ans, lequel fut trouvé le même jour sur la chaussée et [  porté ??] à la maison de ville de Villemur Le 23, il fut transporté à Layrac et enseveli dans le cimetière de Layrac – témoins Guillaume Chambert et François Brégail.

2 juillet 1716

Layrac

Guillaume Caperan, 7 ans , s’est noyé dans une fontaine de Raymond Lafond. Le 2 juillet.

Septembre 1762

 

Mgr Michel de Verthamon  de Chavagnac – mort en septembre 1762 - Il avait commencé son cours de visite le 9 dudit mois par Nohïc, le Terme Magnanac ; fut coucher à Villemur le lundi. Il y resta tout le jour ; il en partit le mardi et fit la visite à Bondigoux, Layrac et Mirepoix d’où il fut le mercredi à Mezens, où il dit la messe, et en la disant à Condel il se trouva mal : il l’acheva pourtant et partit d’abord pour s’en retourner à Montauban ; le samedi suivant reçoit le viatique reçoit l’extrême onction dans l’après midi, il mourut chez lui à 8 h ½ le soir en son fauteuil. On nous dit qu’à sa mort, il lègue tous ses biens aux pauvres et demande à être enseveli dans la fosse commune. Les pauvres, avec qui il avait toujours partagé ses revenus, furent ses seuls héritiers [propos d’Antoine de Cathala-Coture] .

 

 

 

 

 


© 2017 CT