Au porche de l'église   



 

 

... au porche de l'église

 résumé d'histoire de Sayrac

 

On aimera ici retrouver une présentation établie (2006) par l’Association des Amis de l’Art Sacré du Villemurois, affichée au porche de l’église de Sayrac.

Elle présente avantageusement les principaux évènements et dates.

 

On pourra  toutefois regretter que des hypothèses et interprétations soient ici ou là données, à défaut de documents et d’indices qui les autoriseraient... CT

 

          

 

« Mentionnée en 1093 dans une charte de Isarn, Evêque de Toulouse, où il restitue l’archidiaconé de Villelongue au chapitre de l’abbaye de Saint-Sernin et qui fut ensuite en 1237 au chapitre de Saint-Etienne (Sevène).

 

Dés le XII° siècle,  Sayrac était mentionné comme étant une bastide relevant de l’abbaye de Ste Foy de Conques en Aveyron.

 

La paroisse de Sayrac connut le péripéties des guerres de religion (1562 à 1598). Après la première période, nous savons qu’en date du 26 septembre 1590 une inspection[1] des lieux mentionne que l’Eglise Ste Foy de Sayrac découverte entièrement ne possède plus d’autel, des fonts baptismaux, ni de tout ce qui sert au culte, ceci étant consigné dans les archives nationales.

 

Durant les guerres de religion, la paroisse de Sayrac, ayant du fournir des hommes pour assurer des travaux de protection de Fronton, avait acquis, en contrepartie le droit de refuge dans la forteresse de Fronton. Dans ces conditions, en 1591, y fut apporté l’unique cloche de Sayrac, qui d’ailleurs avec l’accalmie, fut ensuite offerte (prêtée) à la paroisse de Nohic (sans doute en attente de la restauration de l’église).

 

Par suite l’église de Sayrac fut dotée d’un imposant bénitier en pierre (encore existant) digne d’une cathédrale. A sa base, il porte gravée dans la pierre, la date du 9 février 1712, et le nom de I carrière, peut-être celui du curé ou d’un généreux donateur.

 

Un acte du 1er mai 1763 mentionne que l’abbaye de Sainte Foy de Conques possédait le prieuré de la paroisse de Sayrac.

Un acte du 23 avril 1777, mentionne que l’abbaye de Ste Foy percevait la moitié de la dîme de Sayrac (Sevène)

 

De la période de la Révolution nous ne connaissons pas de faits certains[2], si ce n’est que des prêtres durent se cacher et que les paroissiens tentèrent de protéger du mieux possible leur église. Ils se montrèrent particulièrement vigilants au moment des « inventaires » loirs de la séparation de l’Eglise et de l’Etat.

 

Le clocher de l’église fut démoli en 1794, sur ordre de Bénech, administrateur municipal de Villemur (adjudicataire Ratier – coût 72 livres) (Peyre).

 

L’Eglise de Sayrac dans sa configuration actuelle remonte certainement[3] à la période où le curé Bourg, prêtre nommé après le concordat, fit entreprendre des travaux, mais lesquels ??

Dans tous les cas une brique découverte lors des travaux voici déjà 50 ans, porte la mention « Ano 1806 ele fut batie ». Il semble fort[4] que cela concerne la chapelle Saint-Jean Baptiste et du même coup la partie supérieure du clocher, mais ceci est moins certain (les ajouts sont visibles).

 

En 1810, l’abbé Lautrac curé fit placer une cloche à l’église, la 3° par ordre d’importance actuellement. Il s’agit vraisemblablement[5] de celle rendue par la paroisse de Nohic.

 

En 1832 le curé Brassier fit part à l’archevêque de problèmes  relatifs à la métairie de Pétusou, propriété de l’Ordre des Minimes[6] de St Roch à Toulouse.

 

En 1840 des travaux furent effectués  mais sans précision ; et peu après son arrivée, en 1846, le curé Albert signale à l’archevêché le mauvais état de l’église, avec sa trempe de curé bâtisseur (voir presbytère) il dut bien faire quelque chose…

 

En 1849, le curé fait rehausser les murs.

En 1850 des travaux sont exécutés d’urgence, mais certaines parties ne sont pas finies en 1851.

 

En 1856 le conseil de fabrique demande une aide pour l’agrandissement du bâtiment. Cette aide fut accordée en 1857 (Patrimoine des communes de la H-G)

 

C’est le dernier curé résidant à Sayrac, l’abbé Dayet décédé en 1923, qui, dés son arrivée fit procéder en 1889 à l’acquisition et à la mise en place de six cloches supplémentaires.»

 

******************

 

« l’église de Sayrac ne se trouve pas au cœur du village, elle est placée sur un autre carrefour, de plus faible importance, environ 500 m [sic]  du hameau. Entre le site de l’église et celui du village, coule le ruisseau de Sayrac. Le cimetière est à côté de l’église. Selon le plan cadastral de 1812, l’église de Sayrac se trouvait déjà à l’emplacement qu’elle occupe aujourd’hui. Le hameau s’organisait autour du même carrefour, quelques maisons, moins de 10 sur un carrefour de 4 routes sans réelle structuration.

 

Quant à l’étymologie du nom, il correspond au nom d’un personnage gallo-roman, « Serius », auquel on a associé le suffixe « acum ». »

   

 

Les premières mentions :

« La mention la plus ancienne concerne « l’honneur de Sayrac » daté de 1166. Quelques années plus tard, on retrouve en 1185 dans le cartulaire de Saint-Sernin la mention « ecclesia de Sairag  IV denarios tolosanos ».


Selon le saisimentum Comitatus Tholosani, le 22 novembre 1271, les consuls de Villemur et Arnaud Elie, chevalier, précisent les limites de la baillie et énumèrent les bastides, paroisses et châteaux de son ressort. Sayrac est cité : « Bastida de Seyrac ».

Sayrac est mentionné en tant que Bastide, pourtant le plan cadastral de 1812 n’indique aucune trace d’organisation en bastide. Sayrac doit-il être considéré comme une bastide qui aurait subi de nombreuses modifications, comme un simple habitat, un lieu bâti  ?

 

 

l’occupation religieuse

l’église de Sayrac est dédiée à Ste Foy. Or dans le registre du gouvernement des églises, en 1538, on trouve :

"rector ecclesiae Sanctae Fidis loci de Ceyraco, habet casus. D. Anthonius Marquel, rector, est consanguineus dominorum de Sacalers, habet de non residendo et de regimine pro D. Anthonio Roques. Est ibidem prior religiosus quidam monasterii de Conchis qui capit decimas..."[NDLR copie incomplète].



[1] [CT]  Notamment les visites pastorales  comprenant un état des lieux, suivi d'une ordonnance épiscopale.

[2] [CT] Ce fait est bien connu pour la rive droite du Tarn (Layrac notamment, Mirepoix)., comme aussi Vacquiers, Montjoire et Bessières. Voir document in A.Escudier. Pour Sayrac, nous ne connaissons, à ce jour, aucun prêtre réfractaire qui aurait été caché dans ce village ou dans les villages voisins.

[3] [CT]  Cf nos remarques préliminaires

[4] [CT] Un temps, dans l’ignorance de la provenance de cette pierre, on a pu écrire par erreur qu’il s’agissait de la pierre de fondation de l’église. Or chacun sait que cette pierre a été trouvée en réaménageant le sol de la chapelle Saint-Jean-Baptiste (baptistère) en 1955.

[5]  [CT]  Cf nos remarques préliminaires.

[6] [CT] Les Minimes en 1832 ne possèdent plus Pétusou (bien national vendu). Il n’y a d’ailleurs plus de minimes  à l’issue de la Révolution en France.

 

  ****************************

 

documents

 

sources et bibliographie [CT]

 

CARTOLARIUM  SANCTI  SATURNINI

INCIPIT CARTOLARIUM SANCTI SATURNINI. [cartulaire de Saint-Sernin]

 

 

1 - In primis de archidiaconatu.

 

[F0 7 a] Ecclesia Sancti Simplicii donat II. solidos et IIII. denarios

de Tolosa sened; ecclesia Sancti Martini, II. solidos Tolosanos; ecclesia

de Creisag, IIII. sextarios vini puri; ecclesia de Rocacizera; ecclesia

Sancti Lagerii, II. solidos et IIII. denarios Tolosanos; ecclesia Sancti

Proiecti, II. solidos et IIII. denarios Tolosanos; ecclesia Sancti Iohannis

et ecclesia de Feirucio a feu ecclesia de Corcelas, II. solidos et

IIII. denarios Tolosanos; ecclesia de Vilar, IIII. denarios Tolosanos;

ecclesia de Sacapela ecclesia de Garanaiga, II. solidos et 1111.denarios

Tolosanos; ecclesia de Marciel, VII. denarios Tolosanos; ecclesia de

Berzag; ecclesia de Gairigdug; ecclesia de Combas, II. solidos Tolosanos

ecclesia Sancti Bibiani, XX. denarios Tolosanos ecclesia

Sancti Pauli, XIIII. denarios Tolosanos ecclesia de Vasucio, II. solidos

et IIII. denarios Tolosanos ecclesia de Gemeil II. solidos et IIII. denarios

Tolosanos ecclesia de Paolag, IL solidos et IIII. denarios Tolosanos

ecclesia de sanctimonialibus de Salvitate ecclesia de Saserra,

II. denarios Tolosanos; ecclesia de Castelmauro, XII. denarios Tolosanos

ecclesia de Casengalater, XII. denarios Tolosanos ecclesia de

Albars, XIIII. denarios Toîosanos; ecclesia de Fosad, XIIII. denarios

Tolosanos ecclesia de Agasag, IIII. denarios Tolosanos ecclesia de

Canet, VIII. denarios Tolosanos ecclesia de Pontebonio, IIII. denarios

1 Tolosanos; ecclesia Sancti Lupi, Vil. denarios Tolosanos; ecclesia

Sancti Genesii, XNIl. denarios Tolosanos; ecclesia de Garigalasen, II.

solidos Tolosanos; ecclesia de Monteraadalgario et ecclesia de Launag

debenl portare corpus sanctum; ecclesia de Cabdiner, XIIII. denarios

Tolosanos; |f" 7 b] ecclesia de Ceped, II. [solidos et IIII. denarios

Tolosanos; ecclesia de Brugueras, II. solidos Tolosanos ecclesia de

Vilaigu, II. solidos et IIII. denarios Tolosanos; ecclesia de Castilio, Il.

solidos et IIII. denarios Tolosanos; ecclesia Sancti Salvatoris, IIII.

denarios Tolosanos; ecclesia de Vilalers, IL solidos et 1111.denarios

Tolosanos; ecclesia de Salneras, XIIII. denarios Tolosanos ecclesia

Sancte Crucis ecclesia Sancti Christofori, XX. denarios Tolosanos;

ecclesia de Montagud, II. denarios Tolosanos ecclesia de Alazencs, Il.

solidos et IIII. denarios Tolosanos; ecclesia de Ribadas, quartam partem

decimi; ecclesia de Vacers, IIII. denarios Tolosanos; ecclesia de

Moisa,guel, XII. denarios Tolosanos; ecclesia de Bosquet, XII. denarios

Tolosanos; ecclesia de Buzet, II. solidos et IIII. denarios Tolosanos

ecclesia de Veceras, XII. denarios Tolosanos; ecclesia Sancte

Eulalie XVI. denarios Tolosanos ecclesia de Austrex XIIII.

denarios Tolosanos; ecclesia de Momioures, IIII. denarios Tolosanos

ecclesia de Leus, VIII. denarios Tolosanos; ecclesia Sancti Aviti, XII.

denarios Tolosanos, ecclesia de Vilamant, VI. denarios Tolosanos;

ecclesia de Vilaldrig, IIII. denarios Tolosanos; ecclesia de Sairag, IIII.

denarios Tolosanos; ecclesia de Maianag, VIII. denarios Tolosanos,

ecclesia de Termes, VIII. denarios Tolosanos ecclesia de Rugols, IIII.

denarios Tolosanos; ecclesia de Fronton, IIII. denarios Tolosanos;

ecclesia de Glarmont, VI. denarios Tolosanos ecclesia de Noig, VIII.

denarios Tolosanos; ecclesia de Ergol, VIII. denarios Tolosanos; ecclesia

Sancti Petri de Cerm, I. denarium Tolosanum ecclesia de Canr

sas, VIII. denarios Tolosanos; ecclesia de Favars; ecclesia Sancti Martini

de Fontanas, IIII. denarios Tolosanos; ecclesia Sancte Marie de

Fontanas portat corpus sanclum ecclesia Sancti Medardi, VIII. denarios

Tolosanos; ecclesia de Saspinasa [f° 7 c] ecclesia de Matapezol;

ecclesia Sancti lori, unam spernam de fust; ecclesia de Banols, XIIII.

denarios Tolosanos ecclesia de Estreiafont, II. solidos et IIII. denarios

Tolosanos; ecclesia Sancti Rusticii, II. solidos et IIII. denarios Tolosanos;

ecclesia de Undas, II. solidos et IIII. denarios Tolosanos; ecclesia

Sancte Exsuperie, XIIII. denarios Tolosanos; ecclesia de Equitavila,

VI. denarios Tolosanos; ecclesia de Ponpisa; ecclesia de Glisolas, II.

solidos Tolosanos; ecclesia Sancti Cirici, II. solidos et IIII. denarios

Tolosanos ecclesia de Deupantala, II. solidos et 1111.denarios Tolosanos

ecclesia de Bessencs, II. solidos et IIII. denarios Tolosanos; ecclesia

de Vilanaisaga.VlïI denarios Tolosanos ecclesia de Montbequi, Il.

solidos et IIII. denarios Tolosanos; ecclesia.de Monlberter, II. solidos

et IIII. denarios Tolosanos; ecclesia de Affina, II. solidos et KII. denarios

Tolosanos; ecclesia de Gavancelas, XIIII. denarios Tolosanos;

ecclesia de Sal, VIII. denarios Tolosanos ecclesia Sancti Laurentii, Il.

solidos et IIII. denarios Tolosanos; ecclesia de Sasela, II. solidos et

IIII. denarios Tolosanos; ecclesia de Rozolaigas, VIII. denarios Tolo-.

sanos ecclesia de Roganag, XX. denarios Tolosanos; ecclesia de Escataleucs,

II. solidos Tolosanos ecclesia Sancti Iuliani, VIII. denarios

Tolosanos; ecclesise ambe de Monteg, III. solidos Tolosanos ecclesia

de Montbeto, II. solidos Tolosanos; ecclesia Sancti Quirini ecclesia

de Brial; ecclesia Sancti Licerii, II. solidos et IIII. denarios Tolosanos

ecclesia de Bresols de ultra, XII. denarios Tolosanos

ecclesia de Bresols, XII. denarios Tolosanos; ecclesia Sancti Genesii de

Laclota, II. solidos Tolosanos; ecclesia de Varlac, II. solidos et IIII.

denarios Tolosanos; ecclesia de Cassaras, II. solidos et IIII. denarios

Tolosanos [f° 7 d] ecclesia de Celor, VII. denarios Tolosanos ecclesia

de Lacapela, VI. denarios Tolosanos; ecclesia de Albafola, II. solidos

et IIII. denarios Tolosanos; ecclesia de Voduas VII. denarios Tolosanos

ecclesia de Meuzag, Il. solidos et 1111.denarios Tolosanos; ecclesia

de Vila,castlana, IIII. denarios Tolosanos; ecclesia de Laraiget, no

dona sened; ecclesia de Bomont, unum faisum dasts ecclesia de Gandalor

ecclesia de Lacort; ecclesia de Fromesart, VIII. denarios Tolosanos

ecclesia Sancti Porcarii, II. solidos et IIII. denarios Tolosanos

ecclesia de Belquasse, II. solidos et IIII. denarios Tolosanos;

ecclesia Sancti Andree, VIII. denarios Tolosanos; ecclesia Sancti Salvatoris,

IIII. denarios Tolosanos; ecclesia Sancti Germant, Il. solidos et

IIII. denarios Tolosanos; ecclesia Sancte Marie Saelma, II. solidos et

IIII. denarios Tolosanos.

sources : site Bibliothèque Nationale - Catulaire de l'abbaye Saint-Sernin de Toulouse, 844-1200, publiée par C. Douais, ed A. Picard, Paris 1887.

 

 
********************************************

 

Saisimentum comitatus Tholosani

de Yves Dossat - 1966 - 509 pages

« bastida de Seyrac » [page 187]

 

 

 
********************************************

 

CARTULAIRE DE Ste FOI  DE  CONQUES

 

 De Tolosana Diocesi  [cartulaire de Conques]

 

 

454. DE TOLOSANADIOCESI.

XI-XII° °siècle. [n°..454, page 329]

Ecclesia beate Fidis de Tufac. Eclesia de Pardinas. Eclesia de Laudel. Eclesia de lairac. Eclesia de Teuls. Eclesia de sancto Vincentio de Salat. Eclesia de Bernet. Eclesia de Quolas. Eclesia deBelveder. Eclesia de Julaic. Eclesia de sancta Columba. Eclesia de Pino. Eclesia de Cotaquava. Eclesia de Peirairol e –des Salvetat. Eclesia de Cassegalater. Eclesia de sancto Marcialo. Eclesia de Cepet. Eclesiade Muntagut. Eclesiad'Erguol. Eclesia de Serraco. Eclesia de Rosolangas. Eclesia de Borno. Eclesia de Bondiguos. Eclesia de Tauriac. Eclesia de Juleto. Eclesia d'Agutnac

 

Page CIV

§ 2. ANCIEN DIOCÈSE DE TOULOUSE.

D'après la pancarte, l'abbaye de Conques possédait, au XVI° siècle, dans le diocèse de Toulouse, tel qu'il était alors délimité, et dans les diocèses qui en avaient été détachés à diverses époques, les prieurés et églises dont l'énumération suit.

 

Diocèse de Toulouse au XVI° siècle prieuré de Sainte-Foi de Castelmaurou, prieuré de Sainte-Foi de Peyrolières, à laquelle était jointe l'église de La Salvetat, près Caraman, prieuré de Sainte-Foi de Seyrac; églises de N.-D. de… [1].?, et de Saint-Jean du Fauga, annexes du prieuré de Sainte-Foi da Licairac (diocèse de Carcassonne).

 

Diocèse de Montauban églises du Born, de Bondigoux[2], du Mas Grenier (Tarn-et-Garonne), de La Madeleine de .[3], de Saint-Pierre de Tauriac (Tarn-et-Garonne) et de Saint-Étienne de Villette (Tarn).

 

 

 

D'après le n' 454, l'abbaye de Conques  possédait, au XII°°siècle, trente églises dans l'ancien diocèse de Toulouse Afrain sive Vaurum, Lavaur, Agutnac peut être Aguts (Tarn); Belveder

peut être Belbèze (Haute-Garonne) ou Beauvais (Tarn); Le Vernet, Bondigoux, Le Born, Cassagnes près Toulouse, Castelmaurou, Cépet, Clarac, Cotaquava peut être Sarrecave, Orgueil (Haute-Garonne) Julaic, Juleto (il y a dans le canton de Lavaur, département du Tarn, un Jul auquel il faut peut-être rapporter soit Julaic, soit Juleto, qui dans le cartulaire désignent deux localités différentes); Laudel, Mirepoix, Montégut

(Haute-Garonne) ; Pardinas; Sainte-Foi de Peyrolières, Le Pin-Balma,  Coueilhes(Haute-Garonne); Razengues (Gers), à moins que Rosolengas ne doive être identifié avec Rodolaigas, nomméplusbas; Sainte-Colombe, dans la commune

de Bassiège,.Saint-Martial, paroisse comprenant actuellement

plusieurs communesdans le canton-nord de Toulouse, Saint-Vincent de

Salât (ily a une rivière de Salat dans l'arrondissement de Saint-Gaudens, prèsde laquelle était peutr-être ce Saint-Vincent),

La Salvetat près Caramans, Seyrac (Haute-Garonne); Tauriac (Tarn-et-Garonne); Teuls; Sainte-Foi de Tufac. D'après d'autres pièces du cartulaire, il faut joindre à ces églises celles deVilleneuve-les-Cugneaux (Haute-Garonne), de Monte Saint-

Johannis(est-cee SaintJean de l'Union dans la Haute-Garonne?), de Rodolaigas, in vicaria Rogonnago, dans le voisinage du Fauga, et de Saint-Martin de Goine(Gers). Le cartulaire ne fait que nommer la plupart des églises qui précèdent. Voici,rangées par départements, les chartes qui concernent l'ancien diocèsede Toulouse.

Département de la Haute-Garonne.

 

LE BORN. Église donnée, de 1061 à 1085, par Pons, flls de Bernard, et consorts,

n° 60. Aleu donné, de 1096 à 1105, par Haton Isnard et Géraud de Cépet, n° 464.

 

CÉPET. Église donnée, de 1073 à 1087, par Bernard Gauzbert et consorts. Ils y ajoutent un territoire sur lequel ils abandonnent leurs droits, pour l'établissement d'une sauveté sans doute, n°64. Après H12, Pierre de Saint-Cirice donne, en se faisant moine, une propriété dans la paroisse N.-D. de Cépet,

 

 

Département de Tarn-et-Garonne.

Tauriac. – Église et sauveté; donateurs, vers 1087 Solemniaet ses fils, n° 61.

Il faut encore placer sous la rubrique de l'ancien diocèse de Toulouse, dans des localités qu'il m'est impossible de préciser l'église de N.-D. de Laudel et les droits qui en dépendaient, donnés avec le curé, par Ainard de Cuneo, sous le roi Robert, n°69 (il est question d'une dîme de illo Cuneo dans la donation de Cassagnes  citée plus haut; si c'était le même Cuneo que ce dernier, N.-D.de Laudel devrait être cherchéeaux environs de Toulouse) ;  terres et vignes aux lieux de Cumpradit del Traverser et del Malols de Pontio Radumo, données par Arnaud Robert, Guillaume, son frère et consorts, de 1072 à 1087, n° 496, charte romane. n y a un Malolset un Compradit dans l'Aveyron, mais la donation ayant été confirmée par l'évêque de Toulouse, il s'agit sans aucun doute de biens situés dans ce dernier diocèse.

 

Sources : Bibliothèque Nationale (site internet), Cartulaire de l'abbaye de Conques en Rouergue, par Gustave Desjardins, ed. A. Picard, Paris 1879.

 
********************************************
 
POUILLÉ  DU DIOCÈSE   DE  TOULOUSE 
 
REVUE HISTORIQUE DE TOULOUSE, 1935, n°69 page 99
 

28. - Le recteur de l'église Sainte-Foy de Sayrac. - Il a les cas. - Antoine Marqueil, recteur, est apparenté aux Messieurs de Sacaleri, dispensé de résider, il a des Lettres de régence pour Antoine Roques. Le prieur du lieu est un certain religieux du monastère de Conques, lequel prend les dîmes, excepté la 3° partie revenant au recteur, et cela pour le blé, mais pour le vin c'est le contraire, quant à tout le reste on partage par égales portions. L'archevêque confère de plein droit.

 

Rector ecclesie Sancte-Fidis de Ceyraco. - Habet casus. Dus  Anthomus Marqueil, rector, est consaguineus dominorum de Sacaleris; habet de non residendo et de Regimine pro Dno  Anthonio Roques. Est ibidem prior religiosus quidam monasterii de Conchis qui capit decimas, excepta tercia parte pertinente ac rectorem, et hoc in blado, in vino vero e contrario, et de aliis per medium. Dus  confert pleno jure.

 

Revue historique de Toulouse:  1935, :

Pouillé du diocèse de Toulouse de 1538, publié par Jean Lestrade (travail de 1913). Il comprend le dénombrement des paroisses du diocèse, l'état des dîmes, etc... 

********************************************

saisimentum comitatus Tholosani

Dossat, 1966

1271 - 22 novembre église St Michel –

Les consuls de Villemur et Arnaud Elie chevalier précisent les limites de la bailie et énumèrent les bastides paroisses et châteaux de son ressort ceux qui font partie du domaine royal et ceux qui dépendent d’autres seigneurs, en distinguant les localités en-deçà et au-delà du Tarn

 

Adde predicto instrumento

Item, notum cunctis quod predicti consules de villamuro et, cum ipsis ; dominus Arnaldus helie, miles pro se et universitate dicti castri , recognoverunt et asseruerunt  quod bajulia et districtus dicti castri de Villamuro confruntantur et protenduntur  versus rabastenis usque ad locum ubi rivus de Lavileta cadit in flumen Tarni , et inde usque ad rivum Thescou Viel (i.e. Tescounet) note), et inde usque ad rivum del malet (non identifié) et quantum ultra protenduntur pertinentie Belli Montis et Sancti Siricii (près de Belmontet disparue fin XVI°) et Vinose et Burgueti (bourget sur commune de Verlhac) et inde usque ad parrochiam Sancte superie (église saint Exupéry au nord de Reyniès sur l’emplacement du cimetière), et sicut dicta parrochia venit ad flumen Tarni ;

 

 item , ultra Tarnum ad passsum rivi de Sequero (ruisseau de la Margasse) et sicut dictus rivus ascendit ad Podium Oriolum (peyroulies sur Fronton), et usque ad honorem de Favriis (Fabas), et usque ab honrem Castri Novi de Strictis Fontibus, et usque ad honorem Villenove (Villeneuve-lès-Bouloc)  et Boni loci (bouloc), et usque ad rivum Gironis inde sicut rivus gironis ascendit usque ad rivum de Gachas (non identifié), et sicut ascendit  Serra

 

item asseruerunt  quod infra dictas confruntaiones sunt castra et ville infra scripte domino regi, in tot. vel in parte

citra Tarnum scilicet :

 

castrum de Rochamaura

 

item castrum de mirapice pro duodecima parte et residuum feudum, dcilicet quod medietas tenetur ab ipsi in feudum et debet inde habere pro retroaccapito , novi domini medietatem 40 s. tur. Et homagium.

item bastida de layraco, propria

item, bastida de monte valenti, propria

item, medietas ville de Villeta quam nun tenet bertrandu bafeti, ex dono domini comitis ut dicitur

item bastida de Varanis (Varennes)

item bastida de verlaco, propria

item, medietas bastide de Bellomonte, propria

 

item ultra tarnum

medietas bastide Boni loci , propria

item castrum de Monte Joyres, proprium

item bastida des Cepetio quam tenet R. Johannis , ex venditione domini comitis

item castrum de Vaqueriis

etc… [Paulhac, Roqueserrière, Garrigues, lugan,Bessières, Senil]

--

item, hec sult castra et ville feudales domini regis in bjulia et districtu dicti castri de villamuro

citra Tarnum ,videlicet

castrum de Tauriaco ad albergam 40s. thol. Cum toto suo tenemento

bastida de montegaillardo cum alberga de villamuro

bastida de de Sancti Juliani de Bono Hosdal (st julien le vieux) eodem modo

bastida de Chauleto

bastida de Borgueto cum parrochia de Vinosa

bastida de Sancto Caprasio

bastida de Born ad censum 10.s malg.

bastida de Pontel laurono (puylauron)

bastida de Villabermier ad 2 s. tur. De quolibet foco

 

 

ultra tarnum

bastide de Orguel, 10s malg.

Bastida de Nohic 10s malg.

Villa de Frontoyhn

bastida de Villaudric

bastida de Seyrac

Etc…

 

Saisimentum comitatus Tholosani

Dossat 1966 -  n°71, p.181

[1] On lit sur la pancarte lavac

[2] Toutes les localités citées sont dans la Haute-Garonne

[3] La pancarte porte de Juncaretis.Il y a uneparoisse de la Madeleine dans la commune de  Villemur (Haute-Garonne) 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


© 2016 CT