ARRIBAT   



 

Le Père Auguste Arribat

 

 

 

prêtre de don Bosco (salésien)

 

serviteur de Dieu

et juste parmi les nations

 

 

nous empruntons à diverses sources les informations concernant le père Arribat (Institut des pères salésiens et site de la Confédération mondiale des Anciens Élèves de Don Bosco,l'Association des Anciens élèves de l'école Saint-Pierre à Villemur, le Comité français du Yad Vashem-France, l' institut familial de Montauban).
Les anciens élèves de l'école Saint-Pierre à Villemur manifestent un vif attachement à sa personne.
Ils ont été témoins de son rayonnement.

 

                                           

 

 

le Père Arribat vivra à Villemur de  1941 à 1947

 

Joseph-Auguste Arribat est né à Trédou (Aveyron) le 17 décembre 1879, deuxième de sept enfants, cinq garçons et deux filles, d'une modeste famille rurale. Il passe toute sa jeunesse au village dans le travail des champs et la piété.

Entre à 18 ans en classe de 6° à l'école Don Bosco à Marseille. Il se prépare à la vie salésienne au patronage Montéty à Toulon. En 1903, il part en ltalie au noviciat salésien et revient comme éducateur à Marseille et à La Navarre (La Crau, VaI).

Il est ordonné Prêtre le 20 décembre 1912 à Marseille.

 

Il est envoyé au front en 1915 comme infirmier ;son dévouement héroïque, lui vaut la croix de guerre. Après un service auprès des apprentis à Nice, il est nommé directeur à La Navarre en 1931 et chargé de la paroisse Saint-Isidore de Sauvebonne. Les gens l'appellent "le saint de la vallée". A partir de 1934, il devient directeur à Morges (Suisse), à Millau (Aveyron), à Villemur-sur-Tam (Haute-Garonne) et à Thonon (Haute-Savoie).

 

Pendant la deuxième guerre mondiale, il protège des enfants juifs, méritant ainsi de recevoir la distinction de "juste parmi les nations". En1953, il revient définitivement à La Navarre, où il devait mourir le 19 mars 1963 après 58 ans de vie religieuse et 51 de sacerdoce. Son procès en  béatification a été ouvert à la cathédrale deToulon le 19 mars 1995 et de ce fait il reçoit le titre de "Serviteur de Dieu". .

Source http://www.sdb.org/FR/Documenti/2005/pdf/ArribatPreghiera1-fr.pdf" target="< /FONT>

 

 

« c’est la vie des nombreux serviteurs de Dieu, vénérables, bienheureux et saints salésiens. Je pense au Serviteur de Dieu, le père Auguste Arribat, le Saint de la Vallée (de Gapau).

Un ancien de La Navarre faisait cette réflexion : « Quand on voit le père Arribat avec des enfants autour de lui, on ferme les yeux et on voit don Bosco tout souriant et plein d’amour pour sauver ces enfants ».

Un ancien instituteur de l’école publique et professeur de math reconnaissait tout ce qu’il devait à ses qualités de pédagogue, et à ses qualités humaines : « Dès que je suis entré en contact avec les enfants, j’ai fait comme on faisait à l’école Saint-Pierre de Villemur, et derrière tout cela, se trouvait le père Arribat et son équipe, mais plus particulièrement le bon père ».

 

Source : http://www.sdb.org/Exallievi/ITA/Sezioni/_1_4_.aspx?Lingua=1&sez=4&sotSez=6&doc=36

Site de l’Association des anciens élèves de Don Bosco.

 

Une présentation  de la vie du père Arribat : Auguste Arribat, aux éditions don Bosco par Emile Phalippou  

                                                                                                

                                                                            Père Arribat lors d'une procession

Le procès en  béatification a été ouvert par Mgr Madec, évêque de Toulon en mars 1995 (une célébration eut lieu à la cathédrale le 19 mars). Une délégation villemurienne y est présente. (elle décidera de former une association des anciens élèves de l’école Saint-Pierre  et amis du Père Arribat– M. Sicard en deviendra le 1er président).
La commission d’enquête diocésaine recevra les témoignages de villemuriens du 4 au 6 mai 1996. L’enquête sera clôturée le 23 mai 1998.

 

On souligne une qualité exceptionnelle du père : 

« l’abnégation dont il faisait preuve ; il nous a donné la leçon de l’accueil aux autres, quelles que soient leurs opinions, une leçon de courage et de don de soi. »

 

Le 22 mai 2000 une plaque commémorative a été placée sur le mur de la maison Marchet à proximité de l’ancienne école Saint-Pierre :

 

« ici pendant l’occupation allemande le père Auguste Arribat, Salésien de don Bosco, « juste parmi les nations » cacha et sauva de la déportation – au péril de sa vie – 6 enfants juifs. L’un d’enre eux Paul Futter fut arrêté, martyrisé et assassiné par les SS. - Souvenez-vous »

sources : l'épopée villemurienne -"un devoir de mémoire - ou les souvenirs de Marc [Maurice Lager], réfractaire au STO - chambéry 2006, document pro manuscipto (à la mémoire du père Auguste Arribat et de Paul Futter).

Comite français pour Yad Vashem

Dossier n° 6960

Date de nomination : 1996

 

Directeur de l’école Saint-Pierre, un pensionnat salésien pour garçons situé à Villemur-sur-Tarn, en Haute-Garonne, le père Arribat n’hésita pas à recueillir six adolescents juifs réfugiés dans sa localité dès la fin 1942. Les parents des garçons et d’autres familles juives furent hébergés, quant à eux, dans une ferme isolée appartenant à l’école.
Quand la Division Das Reich réquisitionna l’école en avril 1944  pour en faire son PC et sa caserne, le père parlementa fermement avec les SS pour que l’école continue. Impressionnés par son sens du devoir, les Allemands lui affectèrent quelques dépendances qu’il aménagea tant bien que mal en salle de classe avec ses élèves. 
Les risques s’aggravant, le père Arribat profita des vacances scolaires pour offrir l’hébergement gratuit à la famille Doukan, composée de sept personnes dans l’internat du collège, situé à 2 ou 3 kilomètres de là, ce qui leur évita tout contact avec le village et les combats entre Allemands et maquisards. Les Doukan regagnèrent le village à la mi-août 1944 et eurent la vie sauve. 

Source : http://www.yadvashem-france.org/justes-france/?mode=detail&number=6960? target="

 

l"'épopée Villemurienne" apporte les précisions suivantes : "L'enfant arriva ches lui au moment où la gestapo et les S.S. fouillaient la maison, pour arrêter le père, le fils fut immédiatement saisi et emmené. Son corps fut retrouvé dans un fossé, il avait été supplicié et abattu

 

 

 

Auguste Arribat est né en 1879, à Tredou (81), dans le Rouergue. Auguste Arribat appartenait à une famille de sept enfants. Ce fut à l’age de 18 ans, qu’il entra dans la Société de Saint-François de Sales, congrégation fondée par Don Bosco pour la formation intellectuelle, spirituelle, professionnelle et sociale des jeunes.

Le sacerdoce du père Arribat a connu bien des étapes, de Navarre à la Crau. Il a été catéchiste à l’école du Sacré Cœur, à Millau (81) entre 1935 et 1941.

Il a été envoyé ensuite à Villemur-sur-Tarn (31) pour y créer l’école Saint-Pierre. Cette école fut ouverte le 1er octobre 1942 et compta jusqu’à 150 élèves. Parmi ces élèves, il y avait six enfants juifs dont les parents avaient fui Paris, occupé par les Allemands. Les enfants juifs devaient ainsi se comporter comme les autres et même aller à la chapelle afin de ne pas éveiller de soupçon ; en effet il y avait des mouchards qui pourraient ainsi répéter tout aux boches.

Un jour, durant une récréation, un jeune juif nommé Paul Futter (15 ans) protégé par le Père Arribat vint trouver Monsieur Marc(ancien élève arrivé à l’institution dès l’age de 17 ans.) et lui demanda s’il pouvait aller voir sa mère qui habitait à seulement quelques kilomètres de l’institution. Monsieur Marc le raisonna, en effet, la police allemande, la gestapo, la milice étaient partout afin de poursuivre les juifs et les résistants. Le jeune juif fâché sortit en cachette. Le lendemain, le père Arribat commença ses recherches, des gens l’avaient vu sur une voiture allemande… Le père demanda à la Croix-Rouge s’il avait le petit Paul, aucun résultat. Les jours passent et la nouvelle atroce arrive à l’institution : un cadavre a été retrouvé dans un fossé au bord de la route de La Magdeleine (31), enfoui sous des buissons. Le père Arribat et le docteur de l’école le reconnaissent. Malgré son corps mutilé, le docteur le reconnaît grâce au pansement qu’il lui avait fait peu de jours avant sa disparition. Paul Futter  fut torturé et abattu de deux balles dans la nuque. Il est érigé une stèle sur laquelle est écrit : « Ici le martyr Paul Futter fut lâchement assassiné par les boches à l’age de 16 ans, le 28 juin 1944. »

Le Père Arribat décéda le 19 mars 1963. Son procès de canonisation a été ouvert le 18 mars 1995 et reçoit le titre de « Serviteur de Dieu »

Le titre de Juste parmi les Nations fut décerné au Père Arribat le 25 mars 1996 grâce au témoignage de Pierre Doukan, un des juifs faisant partie de l’institution Saint-Pierre.

 

sources http://www.voyage-etude-auschwitz.net/fr/index.php?id=18  ; travail sur la shoah – voyage érude Auschwitz, site créé par la classe de 1ère S1 de l’Institut familial de Montauban, en partenariat avec  le Mémorial de la Shoah de Paris.


© 2016 CT